AVANT LE JOUR

Avant le jour est un film sur la transmission de la vie et sur la relation privilégiée qu’entretiennent les êtres avec un territoire. Dans sa maison de l’île Providence, Florence pose des gestes intemporels. À Lourdes-de-Blanc-Sablon, Simonne offre sa maison et son cœur aux pensionnaires, aux amis, aux sans travail. Mireille, la fille de Florence, affirme sa volonté de continuer à vivre à Tête-à-la Baleine malgré le déclin de la pêche. Gédéon, un ancien pêcheur, observe l’univers par le biais de son imaginaire fertile. Le cargo passager « Nordik Express » est le témoin silencieux de tous ces liens tissés par le temps dans l’immensité du territoire de la Basse Côte-Nord.

(VISIONNER)

Prix et mentions 

Meilleur documentaire long métrage – Hot Docs 2000

Sélection officielle Festival « Visions du Réel » à Nyon, 2000

Nominations : Prix AQCC meilleur long métrage / Prix Jutra meilleur documentaire, 1999

Textes et critiques 

« Avant le jour est composé d’un entrelacs de voix, de personnages, de la violence de la mer, d’un bateau imperturbable qui la fend, d’activités portuaires, de scènes de la vie quotidienne. Tout à la fois ouverts sur l’infini de la mer et repliés sur l’intimité de la sphère privée, ces territoires que la cinéaste explore dans leurs inextricables relations se trouvent  sur la basse Côte-Nord, aux confins des terres habitées du Nord québécois. (…)

Ce film fait résolument partie de ce nouveau cinéma indépendant québécois, qui autrement que ses pères procède d’une déconstruction de plans de la réalité, pour composer une vision synthétique et personnelle. Cette vision est nourrie ici par la curiosité aux aguets de la caméra de Serge Giguère, qui sait porter son attention sur des lieux et des postures qui confèrent plus de densité à la texture globale du film. » Jean Perret, Directeur artistique de « Visions du Réel »

«  Captant la détermination sereine des habitants de cette petite communauté, menacée par les problèmes liés à la pêche à la morue, au chômage et à l’isolement géographique, Lucie Lambert signe une œuvre belle et âpre qui bat au rythme de leurs vies. » Georges Privet – VOIR

Fiche technique 

35 mm couleur, 93 minutes, 1999

Réalisation / Lucie Lambert

Assistée par Nadine Beaudet

Production / Sylvain L’Espérance

Avec / Florence Monger, Simonne Cormier, Mireille Monger et ses enfants, Gédéon Dumas

Images / Serge Giguère

Assisté par François Vincelette

Son / Diane Carrière

Montage / René Roberge

Montage sonore / Martin Allard, Hugo Brochu

Musique / Yves Desrosiers

English